Le compostage en bac, en silo ou en conteneur est traditionnellement utilisé pour valoriser les petites quantités de déchets verts du jardin ou les déchets de cuisine…

Fanes, épluchures, fruits et légumes pourris, marc et filtre à café, sachet de thé, restes de repas sauf la viande et le poisson, mouchoirs, essuie-tout, petits sachets et serviettes en papier blanc… voire un peu de cendre de bois se compostent facilement !

Avant de penser compostage, penser paillage !

Avant de remplir votre composteur (appelé aussi compostier), vous pouvez simplement épandre vos déchets verts sur le sol de votre jardin en les recouvrant de feuilles. Cela s’appelle le compostage de surface.
Les vers de terre en feront bon usage en transformant ces déchets en matière fertilisante utile au jardin.

Pour que les micro et les macroorganismes du sol soient présents, il est fondamental de maintenir dans un espace du jardin l’aire de compostage durant plusieurs années.
Entourée d’arbustes à feuilles caduques (noisetier, sureau…), l’aire est bien aérée, sans être ventée, et à l’ombre, tout en lui faisant profiter des rayons du soleil (surtout l’hiver).

Comment choisir son composteur ?

Le choix du bac est en fonction du style du jardinier ou de la jardinière. Il peut être facilement fabriqué à partir de matériaux de récupération : planches de bois, grillage, palettes…
Son volume doit être en rapport avec celui de déchets produits et à traiter par ce mode de compostage.

Un bac trop grand n’est pas favorable à un compostage efficace.
Le bac est posé à même le sol.
Il est sans fond imperméable ce qui facilite les échanges avec les êtres vivants du sol et surtout permet l’écoulement du lixiviat (excès liquide).

Il est couvert (planches, bâche, toile…). Un conteneur (ou un tas) de structurant (feuilles mortes ou broyat) est à prévoir à proximité des conteneurs.
Attention, pour limiter les intrusions de rongeurs, les bacs doivent être solides, faiblement ajourés et obligatoirement munis d’un couvercle et d’une grille bien fixée dans sa partie basse.
Lire aussi : Comment choisir un composteur ?

Comment faire pour composter ?

Déposer les déchets de cuisine en ajoutant un peu de feuilles ou de broyat (une moitié ou un tiers de la quantité de déchets), puis remuer les 30 premiers cm avec une fourche, c’est très important !

En automne à la chute des feuilles, vider entièrement le bac.
Trois stades de décomposition sont observés quand le bac est vidé :
• le compost bien décomposé sert en priorité pour les plantations et les semis printaniers. Il sera donc mis de coté en tas et couvert par des feuilles,
• le compost moins décomposé est incorporé dans les 10 premiers cm du sol (ou épandu) du potager pour qu’il poursuive sa transformation en humus (puis couvrir de feuilles pour protéger le sol),
• les déchets peu ou pas décomposés retournent dans le bac.

Le faux dicton :
« Rien ne sert de cultiver des pois chiches pour avoir un bon humus »

Le podcast jardin dédié au sujet